Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Résultats du concours littéraire Transsibérien 2011

     

    P1030363.JPG

     

    28 participants, deux textes retenus. L'un en forme nomade, celui de Marine Griot, l'autre en forme sédentaire, celui de Lucie Romano (L'Oncle chinois), il est à noter que la plupart des participants avaient déjà fait le voyage, le jury a senti du vécu, beaucoup de rigueur pour des textes très travaillés. Merci à tous les participants qui recevront un exemplaire gratuit du recueil édité sous trois mois.

     

    (Texte de Marine - extrait)

    On me demande souvent comment je fais pour voyager. Je vais vous expliquer, c’est très simple. Mais surtout ne faites pas comme moi.

    Prenez un rêve de voyage le plus ancien possible, un de ceux qui vous berçaient quand vous étiez petit. Surtout n’allez pas lire guides et documents qui pourraient guider le choix d’un itinéraire ou vous alerter sur des difficultés : restez dans le pur fantasme, flou et merveilleux.

    Ignorez les conseils de gens raisonnables qui pensent que vous devriez planifier, réserver, confirmer pareil voyage – toutes ces choses ennuyeuses. Le feeling avant tout. Avant même votre départ, pestez contre les fonctionnaires locaux tue-l’amour qui veulent vous engager dans une procédure de traçabilité (enregistrement de votre visa à votre arrivée dans chaque ville… ce qui suppose de savoir quand vous allez repartir dès que vous arrivez ? Les fous !)

    Arrivez le nez en l’air à votre première étape, Saint-Petersbourg. Jouez avec l’idée d’avoir le coup de foudre pour la ville et d’y être encore dans un an. Tout est possible.

    Sur un coup de tête, montez à Moscou, point de départ du Transsibérien. Visitez un peu, causez avec les voyageurs de hasard, laissez-vous vivre... Regardez partir votre premier voyageur du Transsibérien : peut-être est-il temps de s’y mettre ? Passez 4 heures à consulter un des rares site d’horaires de train en anglais. Découvrez que les trains ne circulent pas tous les jours (ça alors), et qu’ils arrivent à 2h du matin dans les gares de correspondances qui vous intéressent. Où il n’y a pas d’hôtel. Puis réalisez que les horaires du site sont faux. Que le temps passe vite, que votre visa expire dans 15 jours et qu’il y en a déjà 6 à passer dans le train. La pression monte.

     

    Bientôt un entretien sur le blog des Editions du Barrage avec Marine Griot et Lucie Romano.

    Photographie: Cie du Barrage 2011.

    Lien permanent 0 commentaire